Les addictions (tabac, jeux-vidéo…)

Les addictions sont nombreuses. Même si la plupart des séances d’hypnothérapie concernent la cigarette, l’hypnose permet tout aussi bien d’obtenir de très bons résultats sur d’autres domaines d’addiction tels que l’alcool, les jeux vidéo, le téléphone portable, les jeux d’argent…
L’addiction est un comportement et qu’elle que soit le type d’addiction l’hypnose thérapeutique va permettre de modifier ce comportement.

Les séances d’hypnose pour lutter contre une addiction

Tout d’abord il faut bien identifier l’addiction et les moments où celle-ci se manifeste (par exemple : au moment du lever, avant de manger, au retour du travail, etc.), comment elle se manifeste et pourquoi (enfance, stress, etc.) via l’aide d’un questionnaire que l’on appelle anamnèse. C’est le but de la première séance.

Ensuite,  après avoir préparé votre séance je vais vous faire entrer en état d’hypnose. Rappelons-le l’hypnose est un état de conscience modifié très agréable qui permet d’accéder à l’inconscient. Je vais « reprogrammer » l’inconscient grâce à différentes techniques telles que la PNL pour que le comportement addictif disparaisse. 

Types d’addictions où l’hypnose est efficace

  • La cigarette
  • L’alcool
  • Nourriture grasse (malbouffe)
  • Jeux vidéo
  • Pornographie
  • Drogue
  • Réseaux sociaux / Téléphone portable

La liste est bien sûr non exhaustive, le nombre d’addictions est proportionnel aux choses que nous aimons ou que nous avons fait appel à moment donné et qui finissent par prendre trop de la place dans notre vie. 

Bilan

L’hypnose thérapeutique permet d’agir directement sur votre volonté par l’intermédiaire de l’inconscient ce qui produit des résultats très positifs.

En plus de la séance d’hypnose à proprement parler, je vous donnerai aussi de nombreux conseils à appliquer pour permettre des résultats efficaces sur le long terme.

Enfin, sachez que l’hypnose ne remplace pas une consultation médicale, cela vient bien souvent en complément. Si vous souffrez d’une addiction, n’hésitez pas tout d’abord à en parler à votre médecin traitant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *